Article de Presse Don des Livres. Journal AURORE PLUS du 24 février 2015

571 livres pour les élèves des établissements scolaires de  Douala 3e

La Commune d’arrondissement de Douala 3e vient de bénéficier d’un important don de livres destinées aux élèves des lycées et collèges de cet arrondissement. L’initiative est de la grande famille Kori – Bilon (regroupant les villages Ndokoti, Nyalla, Ndogpassi), Antenne de Paris en France.

Le dispositif existant dans la bibliothèque municipale de la Cad3 (Commune d’arrondissement de Douala 3e) vient d’être renforcé. A la faveur d’une remise de livres par la grande famille Kori – Bilon qui regroupe les villages Ndokoti, Nyalla et Ndogpassi. Le but est d’offrir des outils d’apprentissage aux jeunes en âge scolaire de l’arrondissement de Douala 3e. La cérémonie visant la réception de ce don a eu lieu le 12 février 2015. Bien de jours après, on en reparle encore à la Cad3. «Nous continuons d’exprimer notre profonde gratitude à la grande famille Kori–Bilon et particulièrement à son antenne de Paris en France. Son geste est la preuve de son attachement et du niveau de son implication à l’épanouissement et à l’évolution socio-éducative et culturelle de nos populations», ainsi s’est exprimé Job Théophile Kwapnang, maire de la Cad3, pour qui un tel appui venant d’un partenaire de la société civile ne peut qu’être louable. «Il nous souvient que ce n’est que très récemment, plus exactement le 22 janvier 2015 que nous procédions solennellement au lancement des activités de notre bibliothèque municipale. Celle-ci que nous avons trouvée presque inexistante et qui, par notre seule volonté du changement revit sous notre impulsion», ajoute le maire.

De lui, nous apprenons que l’ancienne bibliothèque créée à la fin des années 80 puis transférée à Ndogbati en face du Collège Bénédicte n’avait pas survécu à la délocalisation de la Mairie de Douala 3e à l’actuel site du Centre administratif de Logbaba. «Les conditions de conservation défaillantes des ouvrages n’ayant pas permis d’en récupérer grand-chose, malgré les efforts de nos prédécesseurs, l’on ne pourrait qualifier ce qui existait alors de bibliothèque», renchérit-il. Désormais la bibliothèque a été rénovée, rééquipée et fonctionnelle. Elle a bénéficié de l’apport des groupes et associations comme celle de la grande famille Kori–Bilon. «Le don reçu d’une valeur de 571 livres est constitué en majeure partie pour ne pas dire dans sa totalité de manuels scolaires au programme. C’est un don précieux qui va permettre de participer plus activement à l’éducation de la jeunesse et d’approvisionner aussi des bibliothèques scolaires qui en exprimeront le besoin», affirme Job Théophile Kwapnang.

Pour leur part, les membres de la grande famille Kori-Bilon parmi lesquels le président Majesté Francis Songue et le secrétaire général Ferdinand Ndame Eyoum, soulignent que le volet éducation est inscrit au registre de leurs objectifs. «C’est dans ce volet éducationnel que notre association a inséré un programme dénommé (As de Savoir) qui consiste à stimuler les enfants à l’excellence scolaire, à l’initiative du vivre ensemble et à la promotion de sa culture», explique le secrétaire général. Il a été révélé que ce programme «As de Savoir» court sans discontinuité depuis huit ans. «Nous sommes désormais aidés par notre section Kori–Bilon de France qui apporte un soutien complémentaire digne de ce nom aux enfants reçus au Baccalauréat. Cette section Kori–Bilon de France dont le président Din Francis était présent à la cérémonie, veut encourager à faire mieux dans ce volet éducationnel», lance Ferdinand Ndame Eyoum.

 

Historique

Pour mémoire, le Canton Bassa qui occupe le plus grand territoire du département du Wouri a pour autochtone deux clans : le clan Bong et le clan Kalak. Ce dernier est la branche des villages Ndokoti, Nyalla et Ndogpassi. Kori est l’un de leurs patriarches qui avait pour père Bilon d’où l’appellation Kori-Bilon. Les villages actuels Ndokoti, Nyalla, Ndogpassi avaient toujours vécu en une seul et même communauté, sous l’autorité d’un seul chef pour maintenir une certaine cohésion parmi les membres. Cependant, malgré ses nobles intentions, l’évolution démographique aidant, les «Kori-Bilon» se scinderont ultérieurement pour aller s’installer dans leurs territoires actuels. Malgré cette dispersion, non seulement les trois villages sont, jusqu’en 1943 restés sous l’autorité d’un même chef, mais ont aussi gardé intact leur lien de familiarité, d’où l’absence dit-on de mariage entre leurs membres. En 1943, les structures traditionnelles connaissent une évolution au niveau de la chefferie. Désormais, chaque village aura son chef. Cette indépendance, malheureusement favorise progressivement la poussé d’un relâchement des liens de parenté. Il fallait donc trouver une thérapie pour rendre cette fraternité plus vivante et l’encadrer, d’où la création en 1993 d’une association apolitique à but non lucratif : l’association Kori-Bilon. Elle a une existence légale et est dirigée de manière rotative par les trois chefs de ses villages.

Linda Mbiapa

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site