GESTION DOUALA REACTIONS NSAA AU JOURNAL LE MESSAGER

ELITES ET FORCES VIVES DU CANTON BASSA NSA’A DU WOURI REGION DU LITTORAL DEPARTEMENT DU WOURI ARRONDISSEMENTS DE DOUALA 3ème et 5ème CANTON BASSA A Monsieur le Directeur de Publication Du Journal le MESSAGER

B.P. : 5925 Douala

Objet : Notre avis sur votre article sur les Délégués du Gouvernement.

                                    Monsieur le Directeur de Publication, Lecteurs assidus de votre journal, nous membres de l’association NSA’A du WOURI avons une fois de plus prêté une attention particulière à votre article paru le 15 novembre 2011 dans la livraison N°3471 intitulé  Six Délégués du gouvernement qui passent a coté de l’urbanisation  . Aussi, voulons-nous apporter quelques observations sur certains aspects évoqués dans cet article. A savoir : Le poste de Délégué du Gouvernement, et Douala comme “Gâteau à partager“, pour utiliser vos propres termes. POUR LE POSTE DE DELEGUE DU GOUVERNEMENT En date du 17 Octobre 2005 en page 5, votre journal avait sous une autre formulation abordé ce problème. Nous avons apprécié et apporté aimablement notre avis sur ce sujet. Les arguments que nous avons développés à l’époque étant encore d’actualité, nous vous proposons, à toutes fins utiles de ré-parcourir le contenu de cette lettre dont une copie est jointe en annexe. Notre réaction n’était pas restée lettre morte au sein de certaines sphères, c’est ainsi que dans le Messager du 23 Novembre 2005, l’auguste Prince René Douala Manga Bell a bien voulu apporter sa sagesse sur ce sujet. Nous vous tenons également pour mémoire cette contribution. Pour conclure, nous continuons à soutenir que tant que le poste de Délégué du Gouvernement restera sous sa forme actuelle, toutes les composantes socioculturelles autochtones devront être concernées au premier chef et ce ne serait que Justice et équité. Nous pensons également que cet esprit de Justice et d’équité devra aussi prévaloir entre nous les autochtones de cette contrée lorsque le moment sera venu de désigner ou d’élire les personnes devant nous représenter au SENAT et au Conseil Régional. DOUALA COMME “GATEAU A PARTAGER“ ? A cette question nous répondons par l’affirmative, puisque ce partage a pris corps depuis belle lurette. En effet, nous nous permettons de vous rappeler que nos gouvernants dans leurs soucis de rapprocher l’administration des administrés ont procédé à leur rythme à l’éclatement qui a donné lieu dans le département du WOURI à ce jour à Six arrondissements. Alors que d’origine il y avait qu’un seul arrondissement couvrant le dit département. Le découpage au niveau des arrondissements a-t-il entraîné la remise en cause de nos liens ancestraux et socioculturels ? On ne croit pas. Tout découpage administratif au vrai sens, en dehors d’avoir autres visées est motivé par le besoin de la fluidité des services, pour répondre davantage aux besoins des populations. La forme de découpage actuel a montré au jour le jour ses limites. Il faut être habité par des raisons perfides pour ne pas le reconnaître : L’engorgement des services administratifs, mauvaise urbanisation, embouteillage, insalubrité, etc.…sont devenus des fléaux quotidiens qui évidemment ne permettent pas l’amélioration des qualités des services de la population. Notre vœu est que, l’Etat aille plus loin et rapidement en éclatant le Département du Wouri en deux ou trois autres départements. C’est pour cette raison que par notre lettre en date du 20 janvier 2011, nous avons saisi le Président de la République, pour solliciter la création du Département du KONDI. (Cette dénomination bien que symbolique importe peu).Le plus important serait le dit découpage. Nous savons que certaines personnes pour des intérêts personnels et égoïstes n’en veulent pas. Mais nous n’entendons pas baisser les bras et utiliserons toutes les démarches nécessaires pour faire comprendre aux décideurs l’intérêt général de cette demande. Dans la lettre de félicitations que nous avons adressées au Président de la République pour sa brillante réélection à la Magistrature Suprême, ce vœu lui a été réitéré. Nous croyons fortement que la naissance de ce département aura un impact positif sur la qualité de vie de notre population et ne pourra que renforcer davantage les bienfaits que nous attendons aussi de la décentralisation. Fait à Douala le 28 Novembre 2011

LE PRESIDENT

Gilbert Thomas NGOMBE

Douala, le 28 Novembre 2011.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site